Sep 14, 2012 - Blog Bedonnant    Pas de commentaires

Qu’est-ce qu’on fait maintenant?

Voilà.

Ça fait quoi, 1000 ans qu’on ne s’est pas lu?

Je pourrais te sortir un paquet d’excuses, un barda de justifications, un ballot de promesses, comme j’ai fait depuis le début.

Chapeau à la fille qui disait avoir une volonté de fer, hein!

Combien penses-tu que j’ai perdu de poids? 10-20-30 lbs? Les enchères sont ouvertes…

Je crois que je n’ai même pas perdu un gramme.

Trouves-tu ça aussi désolant que moi?

J’ai même pensé à abandonner le défi et c’est peut-être un peu ce que j’ai fait les dernières 6 semaines. Et ce n’est pas tout: TOUT le monde autour de moi perd du poids!!! Ça me rend complètement hystérique mais aussi très jalouse.

Comme si les astres s’alignaient pour tout le monde sauf moi. Comme si la planète entière avait déjà atteint son quota de perte de poids pour l’année. Ou que tout mon entourage s’était donné le mot pour me faire chier…

C’est grave, docteur? Je me crois solidement atteinte.

Un instant, tout n’est pas perdu

Appelons ces six dernières semaines “un moment de réflexion.”

Beaucoup de choses se sont passé durant ce “moment de réflexion”. Le camp de jour s’est terminé et l’école a recommencé. L’angoisse est revenue et j’ai pris conscience de la problématique principale…

Il s’est avéré que j’ai eu l’occasion d’aller bouquiner en librairie pendant ce “moment de réflexion”. Je suis tombée sur un livre qui me donne à penser la présomption (ça se reprend vite le vocable universitaire) suivante: d’après moi, j’ai pris mon problème de poids du mauvais côté et je ne me suis pas donnée les outils nécessaires.

Le titre de l’ouvrage en question: S’aimer pour maigrir et non maigrir pour s’aimer.

Ça dit tout.

T’as dû remarquer que mon niveau de confiance est modérément bas, n’est-ce pas? (Dans le cas contraire, mon front est très bien ficelé,  avoue!)

Ce que je ne t’ai pas mentionné, ou alors très peu, c’est que je suis atteinte de dermatite atopique sévère. En gros, je suis bourré d’eczéma. Particulièrement ces temps-ci. J’en ai, en ordre de gravité, sur les pieds, les jambes, le dos, les bras et le ventre. Ça pique, c’est laid et ça infecte, aussi. C’est créer par les changements de température, le stress, l’angoisse, le mal de vivre, quoi.

C’est pour ça que je suis toujours vêtue de vêtements longs. Et ce, malgré la chaleur de l’été indien qui s’achève pas.

Où je veux en venir c’est que je croyais me donner plus de valeur en étant plus mince, plus belle à mes yeux. Mais c’est ridicule! Je serai la même personne avec 20 lbs en moins, mon véritable problème ne sera pas réglé et je risque de tout reprendre au moindre échec sentimental-professionnelle-académique.

Mouais. Ça c’est moi… Vois-tu, c’est le contraire qui doit arriver. Je dois me faire confiance! Je dois me donner le droit d’être moi. (AYOYE, ça rime.) De m’épanouir. Pour moi. Pas pour mon reflet dans le miroir. C’est ça le plus gros défi.

Je dois faire un plan d’action détaillé aussi. Ce que j’ai fait jusqu’à maintenant sur ce blog était trop échevelé et décousu. Avoue que ça ne menait pas loin. Et puis, comme ça, ça te sera plus facile de me suivre!

D’ailleurs, vas-tu me suivre quand même nonobstant ce changement de direction?


Partage cet article!



Tu as quelque chose à dire? Laisse un commentaire!

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.